AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Orlando, Floride :: Baldwin Park :: Habitations Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Elecktrisch Willkommen ft. Maden

avatar
Maguy Hermann
Maguykarp
Points : 431
Age : 30
Adresse : #362 Baldwin Park
Métier : Lieutenant de police
Messages : 203
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 20 Mai - 21:27

   
Elecktrisch Willkommen
Maden

   
   
Je voulais être seule, vivre seule, faire face à ma vie seule, partager les derniers moments de la vie de mon fils, seule avec lui, pouvoir craquer quand je le souhaite sans que personne ne le voit, ne soit au courant mais maintenant elle va être là. Mais quand notre supérieur nous demande quelque chose, on est obligé de le faire surtout qu'il m'a lancé sa fille comme un boulet de canon, une bombe qui tombe sur ma vie. Je n'ai eu que deux jours pour nettoyer l'appartement de fond en comble pour l'accueillir. Ce soir elle va arriver. Je ne veux pas d'elle dans ma vie mais je vais lui sourire, lui montrer que je ne suis pas si méchante que j'en ai l'air et lui faire comprendre plus tard qu'elle ferait mieux d'être loin de moi. Je suis contente de pouvoir l'aider pour ses études mais déjà ses études je ne les comprend pas, comment on peut faire ce genre de thèse, comment on peut faire une thèse ?! Je ne veux pas être l'héroïne d'une histoire. Puis vie privée, vie publique, il n'y a rien qui change, à croire que son père a fait une petite enquête pour savoir chez qui elle va pouvoir trouver le plus de choses à dire. Qu'est-ce qu'elle veut dire sur moi ? C'est une flic déprimée, elle fait croire qu'elle va bien mais elle ne parle à personne pour ne pas fondre en larmes. Je ne comprend vraiment pas, surtout moi, il aurait choisis mon collègue, beaucoup plus beau que moi, elle aurait passer de bonnes soirées avec lui.
Bref, j'ai tout nettoyer, j'ai rangé tous les jouets de Billy, Billy qui s'amusait à les remettre par terre dans mon dos, ça m'amusait au début puis au bout de dix fois j'ai pété un câble, je lui ai crier dessus et il a arrêté. Il n'aime pas quand je hausse le ton contre lui, souvent il pleure, là non, sûrement parce qu'il a comprit que ce n'était plus drôle, qu'il était aller trop loin dans son jeu. Je l'ai posé à la table basse que j'ai acheté spécialement pour lui et pour mes pieds quand je me fait des soirées films, ce qui est assez rare mais qui sait ? Peut-être que plus tard je me ferais des marathons de films en mangeant des pop corn, oui ben je pense déjà à ma retraite, il faut un début à tout. Il dessine, je ne sais pas quoi mais il dessine. On est pas artiste dans la famille qu'est-ce qu'on veut. Je regarde l'heure, elle devrait bientôt arriver, je n'ai pas préparer à manger, pourtant ça va être l'heure, je compte bien la mettre au travail et lui faire comprendre que c'est pas la maison familiale ici.

   
AVENGEDINCHAINS


a place with no name
She said this is the place where no people have pain
And in love and happiness
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eden Alborán
Pro du squattage
Points : 274
Age : 23
Adresse : #362 Baldwin Park
Métier : Etudiante en journalisme.
Messages : 132
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 20 Mai - 23:21
Elecktrisch Willkommen.C’est le jour J. Aujourd’hui, je prends mon envol pour six mois en quelque sorte. C’est aujourd’hui que je quitte le cocon familial, ma vie avec mes frères et mon père, pour aller vivre chez le lieutenant Maguy Hermann. Je suis toujours un peu stressée, mais ça ne fait rien. Il faut bien que j’y aille un jour ou l’autre de toute manière. Vérifiant une dernière fois que j’ai tout ce qu’il me faut, je ferme mon sac. Mon frère me sourit doucement en passant devant la porte, se moquant de moi. Il n’arrête pas de dire que je pars pour au moins dix ans, avec toutes mes affaires. Surtout que pour lui, je ne tiendrai pas loin de chez moi. Je compte bien lui prouver le contraire ! Je lui tire la langue et le fusille du regard, avant de prendre la parole.

-Tu pourrais venir au lieu de te moquer Aiden !

Il lève les yeux au ciel, mais vient malgré tout attraper mes deux sacs. Aussi, il ne me reste plus qu’à prendre ma pochette d’ordinateur, et le sac contenant toutes mes affaires de cours. Mais surtout, il y a mes notes pour ma thèse. Jetant un dernier regard sur ma chambre, je finis tout de même par descendre. Mon frère me demande si j’ai besoin d’autre chose. Je le rassure, avant de sortir de chez moi. Un taxi m’y attend déjà. Les bagages dans le coffre, je prends la route. Regardant la ville qui défile devant mes paupières, j’arrive rapidement. Le chauffeur me demande si j’ai besoin d’aide, mais je lui réponds que non. Pas la peine, je vais me débrouiller. Une fois ma course réglée, je me débrouille et tente d’attraper tous mes bagages. Mais finalement, je n’y arrive. Laissant mon sac de vêtements sur le trottoir, je vérifie l’adresse, avant de me diriger vers l’appartement. Déposant mes premiers sacs sans bruit devant la porte d’entrée, je vais chercher mon dernier sac. Une fois toutes mes affaires devant la porte, je me demande si je dois frapper ou sonner. Parce que si je ne frappe pas assez fort, elle risque de ne pas m’entendre. Mais si je sonne et que son fils dort, il va se réveiller en pleurs et elle va me haïr de l’avoir réveillé. Me balançant d’un pied sur l’autre, j’inspire et prends mon courage à deux mains. Je frappe à sa porte d’entrée, avant d’attendre patiemment qu’elle vienne m’ouvrir. Stressant un peu, je me force tout de même à sourire. Après tout, je suis ravie d’être là. Elle va m’aider à finir ma thèse. Du moins, j’espère qu’elle le sait et que mon père l’a prévenu. Enfin je saurai tout ça, lorsqu’elle m’aura ouvert déjà ! Au même instant, une jeune-femme apparaît derrière la porte. Je ne peux m’empêcher de me dire qu’elle est magnifique.

-Hum … Bonsoir ! Je suis Eden, la fille de votre patron. Ravie de vous rencontrer.

Tendant la main en même temps, je me dis que ça fait peut-être trop conventionnel. Mais au moins, elle ne dira pas que je suis mal polie. Attendant, je me demande comment elle va réagir. C’est bien la seule  chose que mon père a été incapable de me dire : savoir comment elle allait réagir à ma venue.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maguy Hermann
Maguykarp
Points : 431
Age : 30
Adresse : #362 Baldwin Park
Métier : Lieutenant de police
Messages : 203
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 21 Mai - 11:19

 
Elecktrisch Willkommen
Maden

 
 
Peut-être que j'aurais dû faire quelque chose à manger, même pas pour elle mais juste pour moi et Billy, au moins. Ouais mais je l'aurais oublier et elle nous aurait regardé manger ça aurait été gênant. Oh et je commanderais des pizzas ça ira plus vite. De toute façon, la pizzeria c'est dans mes numéros d'urgence, d'urgence quand j'ai oublié de faire à manger ou que j'ai la flemme. Billy, ça ne le dérange pas de manger des pizzas. Je sais que c'est mauvais pour lui, pour sa santé car normalement on devrait donner des trucs bio à nos enfants mais de toute manière quand il sera grand il mangera des chips dans mon dos. Plus grand…. Oui il sera plus grand, je crois toujours à l'espoir, à ce que le bip-peur sonne, j'espère toujours qu'il soit guérit. Ca fait deux ans que j'espère, même si l'espoir s’estompe au fur et à mesure des jours, on ne sait jamais, un peu de chance, pour la première fois de ma vie. Mais voilà, si il vit que trois ans comme c'est destiné, est-ce que ce serait super pour lui de manger que des légumes dont des haricots verts ? Non, personne ne veut vivre ce genre de vie alors je veux qu'il soit heureux. Je veux que ces derniers mois, ces derniers jours soient un conte de fée, une histoire où tous les enfants voudraient vivre. On frappe à la porte. Elle a frappé à la porte. Merci de ne pas avoir sonner, ça fait toujours sursauter Billy et j'ai toujours peur que son cœur s'arrête. Pourquoi j'ai peur ? Car c'est tellement possible, car c'est déjà arriver dans un des cauchemars que je fais. Je n'en peut plus de dormir ou de ne pas dormir, des cauchemars récurrents qui visent la mort de mon fils ou mes viols, toujours les mêmes images qui défilent, toujours les mêmes scénarios, plus les jours avancent, plus j'ai l'impression que ça va devenir réel. Bref, elle a sonné, il ne faut pas que je craque dès qu'elle arrive, elle va prendre peur et partir. Oh ! Voilà faut que je pleure pour qu'elle parte, pour qu'elle retourne chez elle, c'est une bonne idée. Et si le contraire se passe ? Si elle me demande ce qui ne va pas ? Si elle veut faire attention à moi ? Oh non encore plus horrible, je préfère faire la tête. Je vérifie que je suis bien habillé, que mon haut, qui n'est qu'un tee-shirt, soit bien mis, je ne veux pas qu'elle pense que c'est le bordel dans ma vie comme dans mes vêtements. Puis je me suis habillée. Même si A cette heure là je suis déjà en pyjama, prête à aller dormir avec Billy qui lui aussi est en pyjama, je ne veux pas lui dévoiler mon intimité tout de suite. D'ailleurs je lui dévoilerait aucune intimité, jamais je serais en pyjama devant elle, trop gênant qu'elle voit les têtes de pandas sur mes jambes. « C'est elle ? » me demande Billy des étoiles dans les yeux, alors lui il va falloir que je le calme tout de suite, il est super heureux de savoir que quelqu'un vient vivre avec nous pendant plusieurs mois, je ne comprend pas pourquoi. Sûrement qu'il en a marre de ne voir que moi, excuse moi de ne pas avoir d'ami, c'est bon il voit Kurt de temps en temps, ça lui fait ses moments de plaisir. Je vais finalement ouvrir la porte quand je pense que je l'ai assez fait patienter. Elle se présente, je la dévisage. Elle semble timide, c'est déjà un bon point, elle ne va pas trop prendre ses aises chez moi.

-Salut.


Elle me tend la main, elle s'est cru pour son père ou quoi ? Je lui fait signe de la tête de rentrer. Elle galère a avancé avec ses sacs, elle ne peut même pas tous les prendre. Elle doit porte le double de son poids dans ses sacs, elle a cru qu'on partait à la guerre ? Y'a de quoi vivre ici. Surtout qu'elle n'habite pas loin alors elle aurait pu retourner chez elle, j'espère que quelques fois elle va retourné chez elle. Voilà, à peine arriver je veux déjà qu'elle parte. Pour l'aider car je ne suis pas un animal je lui prend le dernier sac qu'elle n'a pas pu prendre pour le rentrer dans l'appartement. Je le pose par terre, je regarde Billy qui n'attend que mon autorisation pour se jeter sur Eden. Je lui dit oui de la tête et il se lève tout de suite pour se planter devant Eden. Il va vraiment falloir que je le bride sur ce qu'il doit faire ou non avec Eden.

-Moi c'est Maguy mais tu le sais déjà. Et lui C'est Billy. Il a trois ans et je crois qu'il est amoureux de toi.


Je prend à nouveau le sac que j'amène à l'endroit qui sera sa chambre. J'ai repris la chambre de Billy  pour qu'elle dorme là. Car i lest bien sympa son père mais je ne peux pas pousser les murs. Billy dormira avec moi pendant les six mois, de toute façon il ne dort qu'avec moi.

-J'espère que ça ne te dérange pas de dormir avec des posters de Pat Patrouille sur le mur car là t'es servis.

 
AVENGEDINCHAINS


a place with no name
She said this is the place where no people have pain
And in love and happiness
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eden Alborán
Pro du squattage
Points : 274
Age : 23
Adresse : #362 Baldwin Park
Métier : Etudiante en journalisme.
Messages : 132
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 21 Mai - 12:10
Elecktrisch Willkommen.Une fois que je l’ai salué, je reste avec ma main tendue dans sa direction. Compte-t-elle la serrer ou me laisser poireauter comme une idiote pendant encore de longues minutes ? Aucune idée. Mais ce n’est rien. Ce n’est pas ça qui va me donner envie de prendre mes jambes à mon cou et abandonner. Non, je veux cette thèse et le meilleur moyen, c’est de vivre avec le lieutenant. En attendant qu’elle se décide à savoir quoi faire, je l’observe avec attention. C’est vrai qu’elle a quelque chose de froid sur le visage, mon père m’avait prévenu. Mais pourtant, je trouve que ce trait la rend encore plus jolie. Bon, c’est sûr que ce n’est peut-être pas la peine de lui dire clairement les choses. Surtout que mon père m’a dit qu’elle avait un fils, donc il y a plus de chance qu’elle aime les hommes que les femmes. Et même si ce n’est pas le cas, je ne sais rien de sa vie sentimentale donc autant éviter de nous mettre mal à l’aise dans un froid polaire, pour des broutilles. La jeune-femme me salue et me fait un signe de tête. Ok … Baissant ma main, je fais comme si de rien n’était. Me baissant pour attraper mes affaires, je suis toujours incapable d’attraper le dernier. Et mon chargement est déjà bien assez lourd comme ça, de toute façon ! Du coin de l’œil, je la vois attraper le dernier sac. Un bon point. On va peut-être finalement pouvoir s’entendre !
Entrant dans l’appartement, j’observe autour de moi. C’est vraiment propre et bien ranger ! Souriant, mon regard croise au même instant celui d’un petit garçon. Sûrement le fils de Maguy, qui est malade. Posant le plus gros de mon sac sur le sol, je souris lorsque je vois l’enfant qui se dirige vers moi. Maguy prend la parole et je me tourne vers elle pour l’écouter.

-Oh ce n’est rien. Il est chou, tout le monde doit être amoureux de lui, en même temps.

M’agenouillant avec tout mon chargement, je me mets à la hauteur de Billy. Il est vraiment trop chou ! Et c’est vrai qu’en le voyant, je n’ai pas l’impression qu’il est malade. Heureusement que mon père m’a prévenu.

-Salut ptit bonhomme !


Au même instant, je vois Maguy qui prend de nouveau mon sac. Je fais un clin d’œil à Billy, avant de suivre la propriétaire de l’appartement. J’arrive dans une chambre, celle de Billy sûrement. Elle me signale les posters mais ça ne fait rien. Déchargeant mes affaires dans un premier temps, je soupire quand tout se retrouve sur le sol. Me tournant vers la jeune-femme je lui souris.

-Ça ne me dérange pas. Après tout, c’est chez vous et c’est la chambre de Billy. Vous êtes donc libre tous les deux de décorer comme vous le voulez.

Passant derrière elle, sans réellement lui demander son avis, je retourne vers Billy. Après tout, je n’ai pas pu finir ma conversation avec lui. Ma veste toujours sur le dos, je vais m’asseoir devant lui et souris gentiment.

-Ca ne te dérange pas de me prêter ta chambre au moins, ptit bonhomme ?

Puis je me tourne vers Maguy. Je ne sais toujours pas si elle est ravie de m’accueillir ici. Aussi, je me relève et me dirige vers elle. Même en terrain inconnu, je ne peux qu’être sûre de moi. Lui souriant gentiment, je prends la parole.

-Merci beaucoup de m’accueillir chez vous. Mais si vous voulez, je peux dormir sur la canapé, comme ça Billy peut garder sa chambre.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maguy Hermann
Maguykarp
Points : 431
Age : 30
Adresse : #362 Baldwin Park
Métier : Lieutenant de police
Messages : 203
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 21 Mai - 16:39

 
Elecktrisch Willkommen
Maden

 
 
C'est peut-être égoïste mais je ne veux pas qu'on soit amoureux de mon fils, c'est le mien, il y a que moi qui est son amoureuse. Surtout je ne veux pas qu'on s'attache trop à lui, je ne veux pas que les gens souffrent, je veux mourir souffrir car c'est normal mais je ne veux pas pour les autres, c'est de la jalousie, je veux que si quelque chose arrive, l'attention se porte sur moi, sur mon mal-être et je ne veux pas qu'une autre personne se dise « toucher » par la mort de Billy. Et merde, pourquoi je pense toujours à ça ? Pourquoi ça ne quitte pas mon esprit ? Je le regarde Billy, il a l'air d'aller bien mais j'en suis sûr il le fait exprès, il veut me faire croire que tout va bien. Ou juste il va vraiment bien, si ça se trouve son problème ne le gêne pas autant que j'en ai l'impression. En tout cas, ça m'a rendu heureuse qu'il sourit à pleine dents à Eden. Bon, ça reste à Eden mais ça lui fait plaisir. C'est grâce à lui qu'elle ne dort pas sur la paillasson devant la porte d'entrée.

-C'était pour parler, c'est juste pour savoir si ça te dérange pas de dormir dans cette chambre, c'est une petit lit mais bon, vu ta taille ça ne va pas trop de déranger. Puis je te changerais les draps dans la semaine.

C'est vrai qu'elle est petite, plus petite que moi. Le lit est un lit adulte que l'on m'a passé, je n'avais pas forcément l'argent, ni l'envie d'acheter un nouveau lit tous les ans. Il a déjà des draps Pat Patrouille c'est pas mal. Oui, un lit adulte avec ce genre de draps, il y a dans ce monde des gens bizarre. Je me suis battue pour les avoirs, merci les soldes. Mais ce n'était qu'une bonne affaire de trouver ça, en temps normal je lui offre tout, quitte à moi avoir des problèmes d'argent de mon côté, quitte à sauter un repas pour lui, ce n'est pas grave, tant qu'il sourit, c'est tout ce qui m'importe.
A peine après avoir poser ses sacs dans la chambre, elle retourne voir Billy qui l'attend sagement dans ce qui nous sert de salon, salle à manger. On n'avait plus rien à faire dans la chambre donc tant mieux qu'elle soit parti, en plus la pièce est assez petite, déjà deux adultes et on a l'impression d'étouffer. Je retourne les voir, elle s'est assise devant Billy pour lui parler, pour se mettre à sa hauteur. Je souris, pourquoi je souris ? Je suis censé faire la tête. Cependant je suis bien consciente qu'elle ne part pas demain alors il faudra qu'un jour, je dis bien un jour, je ne lui fasse plus la tête mais ce n'est pas aujourd'hui.

-Non ça me dérange pas. Je vais dormir avec maman. Elle prend toujours toute la place dans le lit.


Il ne m'aide pas du tout lui, vas-y donne lui des indications sur moi, je refuse. Je tourne dans l'appartement, à la recherche de quelque chose à faire. Il faut que je m'occupe les mains, je n'aime pas quand on s'incruste comme ça, ça me rend mal à l'aise. En plus regardez la, à vagabonder dans tout l'appartement pour venir me voir. Elle me propose de dormir sur le canapé, je dois avouer que j'aurais pu la faire dormir là, du moins les premiers jours pour mettre des règles mais après j'ai eu de la pitié. C'est en m'asseyant sur le canapé que je me suis rendu compte qu'il n'était pas confortable pour dormir, je ne veux en aucun cas qu'elle se plaigne de mal dormir, d'avoir le dos en compote.

-Ne t'inquiète pas. Il ne dort presque plus dans sa chambre de toute manière alors autant en profiter. Tu comprendras assez vite pourquoi.

Je veux pas qu'elle me pose de question. Je sais qu'elle est au courant, j'ai bien compris son petit jeu avec son père, j'ai compris qu'elle vient ici pour m'accompagner, où ? Je ne sais pas, j'espère pas loin. Les voisins me détestent, je ne compte plus les fois où ils viennent à mon appartement pour me dire que les pleurs de Billy les réveille. Ils ne savent pas, je n'ai pas envie de leur dire, de leur expliquer tout comme à Eden. Billy, à cause de son problème respiratoire, a l'impression de manqué d'air dès qu'il commence à s'endormir, ça lui fait peur et il se met à pleurer, il n'y a que dans mes bras qu'il se calme. J'essaie toujours de le faire dormir avant 21heure pour ne déranger personne mais il y en a qui trouve encore le moyen de se plaindre. Je me retourne vers Eden qui se trouve bine proche de moi, merci de reculer toi, j'ai besoin de mon espace vital.

-Tu veux manger quoi ? J'ai pas grand-chose mais je peux commander si quelque chose te dit.

Si elle me répond pas un lieu spécial pour manger, je laisserais choisir Billy et il choisira forcément la pizzeria, je vous dit, leur chiffre d'affaire c'est moi toute seule.

 
AVENGEDINCHAINS


a place with no name
She said this is the place where no people have pain
And in love and happiness
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eden Alborán
Pro du squattage
Points : 274
Age : 23
Adresse : #362 Baldwin Park
Métier : Etudiante en journalisme.
Messages : 132
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 21 Mai - 22:02
Elecktrisch Willkommen.Une fois dans ce qui semble être le salon, je ne peux que m’accroupir devant le petit garçon pour le saluer. Il est tellement mignon ! Ça m’a bien fait sourire, lorsqu’elle m’a dit qu’il était amoureux de moi. Je n’aime pas prendre les enfants de haut, de crainte qu’ils prennent peur, c’est bien pour cette raison que je me mets à sa hauteur. Déjà que je ne suis pas bien grande moi-même … Mais je n’ai pas le temps de lui parler plus, hormis de lui dire bonjour, que je vois sa mère qui attrape de nouveau mon sac. Même si l’appartement n’est pas très grand, je ne veux pas paraître impolie. Aussi, je me redresse et attrape mes bagages, avant de la suivre dans l’appartement. Lorsque Maguy me parle des posters, je lui réponds avec honnêteté. Ça ne me gêne absolument pas, ce n’est pas ma chambre. Sa réponse me fait sourire un peu plus, et je suis obligée de lui répondre, en vrai impulsive que je suis.

-Non ça ne me dérange pas, ça sera très bien. Puis comme vous le dîtes, je suis petite, ce qui est pratique.

C’est vrai qu’à côté de moi, elle est plus grande. Mais ça ne me dérange pas. Enfin d’ailleurs, pourquoi ça me dérangerait ? Ce n’est pas comme lorsque je suis dans une relation. Lorsque je suis en couple, j’aime que l’autre femme soit plus grande que moi. Enfin ce n’est qu’un détail. N’ayant rien de plus à ajouter, je dépose mes sacs dans la chambre, avant de sortir de cette dernière. C’est vrai qu’elle est vraiment petite, mais en même temps, il s’agit d’un appartement et non d’une maison. Enfin, ça conviendra dans tous les cas. C’est déjà très gentil de la part de Maguy, de m’avoir accueilli chez elle et de me passer la chambre de son fils. Je me dirige d’ailleurs vers ce dernier, et m’assois devant lui. Je préfère être certaine que ça ne le dérange pas. Après tout, il s’agit de son lit, de son monde d’enfant. Et s’il veut sa chambre, ça ne me dérange pas de dormir sur le canapé. Sa réponse me fait sourire doucement. M’approchant de lui pour lui murmurer uniquement, sans que sa mère ne l’entende, je lui fais un clin d’œil.

-Si jamais elle prend trop de place, viens me voir bonhomme. Ça sera notre secret d’accord ?

Me redressant de suite après, je suis des yeux la mère de famille qui circule dans tout l’appartement. Est-elle toujours aussi speed ? Je n’espère pas, car si je suis en train de travailler, ça va vite m’énerver. M’arrêtant devant elle, je la remercie de m’accueillir avant de parler de la possibilité que je peux dormir sur le canapé. Après tout même si Billy m’a dit que ça ne le dérangerait pas, je n’ai pas réellement envie de piquer sa chambre. Sa réponse m’intrigue, mais je ne pose pas de question. Quelque chose me dit qu’elle ne veut pas que je le fasse. Et même si ça me brûle les lèvres de le faire, je me mords l’intérieur des joues pour ne pas parler. Puis comme elle vient de le dire, je comprendrai rapidement ce qu’elle veut dire. La question serait de se demander quand, mais je ne dis rien. Je préfère me tourner vers Billy et lui fais un petit signe de la main ainsi qu’un sourire. J’aime déjà cet enfant, il me donne envie de sourire toute la journée. Me tournant vers Maguy, je l’écoute parler. Elle veut vraiment commander ? C’est une blague non ? Hors de question ! Posant mes mains sur mes hanches, je plante mon regard dans le sien.

-Non ! Je me suis battue pour qu’on ne commande plus lorsque j’étais chez moi. Alors non, je vais cuisiner.

Même si je ne suis pas chez moi, je me dirige à grand pas vers la cuisine. J’ouvre le réfrigérateur, et regarde rapidement. Puis comme si j’étais chez moi, j’ouvre tous les placards, ne me préoccupant des regards que peuvent me lancer Maguy ou Billy. Mais ne trouvant rien à mon goût, je me tourne vers Maguy.

-Vous mangiez quoi tous les deux, avant que je n’arrive ? Il n’y a rien dans cet appartement !

Me dirigeant vers les deux habitants, je m’appuie contre le mur en croisant mes bras sur ma poitrine. Hors de question que je mange quelque chose qui se trouve dans les placards ou que je mange quelque chose de commander. Regardant Billy, je lui souris gentiment.

-Dis-moi bonhomme, tu voudrais manger quoi ce soir ?


J’attends sa réponse, avant de me tourner vers sa mère. Lui souriant doucement, je m’avance vers elle.

-Il faut manger sainement, autant pour lui que pour vous. Je vais aller faire des courses pour ce soir. Vous voulez venir ? Billy, tu veux venir avec moi aller acheter des aliments pour ce soir ?


C’est un coup bas pour Maguy. Parce que si son fils accepte, ce que je pense qu’il fera, elle ne voudra sûrement pas le laisser seul. Elle nous accompagnera donc et ainsi, elle sortira un peu, ce qui ne lui fera pas de mal !

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maguy Hermann
Maguykarp
Points : 431
Age : 30
Adresse : #362 Baldwin Park
Métier : Lieutenant de police
Messages : 203
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 22 Mai - 10:42

Elecktrisch Willkommen
Maden


D'un coup sa phrase me donne des frissons, des frissons d'horreur. Elle m'a dit vous, j'ai pris vingt ans dans la figure. Qu'est-ce que j'ai horreur des vous, je le dis quand je parle avec une personne que je ne connais pas ou un supérieur. Elle a cru que comme elle ne me connaît pas elle devait appeler par vous, mais il en est hors de question, on va devoir vivre six mois ensemble, je n'accepterais pas des vous pendant six mois. Puis elle est comme moi, je ne suis pas supérieur à elle même si je suis plus vieille. C'est vrai qu'elle est jeune la Eden. Combien déjà ? La vingtaine, enfin je ne suis pas sa mère pour autant alors pas de vous.

-Par contre, tu. Tu me tutoie, je ne suis pas vieille.

Elle parle ensuite à Billy, Billy qui ose dire que je prend de la place dans son lit quand je dors avec lui. Ce n'est pas de ma faute si j'aime être à l'aise dans mon lit, c'est quand même le seul endroit où je peux l'être. Si il se plains, il ira dormir ailleurs la prochaine fois. Ce sera lui qui aura le droit au canapé et je pense qu'après il ne se plaindra plus. La canapé c'est une horreur pour dormir, la seule fois où je l'ai fait c'est quand je suis rentré bourrée d'une soirée, peut-être la seule soirée que j'ai faîtes de ma vie mais c'était pour oublier que j'avais un enfant, à l'époque où je ne voulais pas de Billy. Qu'est-ce que j'ai pu être conne à le mettre de côté ? En rien ce n'était de sa faute, ni de la mienne d'ailleurs. Elle se rapproche de Billy pour lui parler, pour ne pas que j'entende. Ca ne va pas le faire les plans contre moi ! Je ne sais pas ce qu'elle lui a dit et ça m'énerve, j'aime être au courant de tout, je n'aime pas être pris au dépourvu. Je croise les bras comme si je boudais puis je me met à marcher dans l'appartement, à regarder ce que je pourrais faire pour m'occuper.
Elle essaie de faire ami ami avec mon fils et ça ne me plaît pas, pas du tout, Billy ne la connaissant pas était déjà heureux qu'elle vienne à l'appartement, maintenant qu'il la connaît, je ne pourrais pas la virer de chez moi si elle m'énerve de trop. Son visage, bien qu'il soit jolie et pure, m'énerve. Toujours son sourire sur le visage, je n'aime pas les gens souriants alors que d'autres, comme moi, souffrent, pensez aux autres, faîtes aussi la tête histoire qu'on ne se sente pas seul. Et là son attitude, ses mains sur les hanches à me regarder. Ca devrait m'énerver mais non, ça me fait rire. Je la regarde et rit légèrement. Elle s'énerve mini pousse à cause du repas de chez moi. Mais pardon ? Elle ne veut pas qu'on commande à manger, il va falloir qu'elle se fasse à l'idée que la plupart de nos repas viennent en scooter jusqu'à l'appartement. Puis je repense à ce qu'elle vient de dire et je la regarde.

-Ah ouais ? Ton père il commandait à manger ? Je le savais, il ne sait pas faire la cuisine. Et non ! Toi tu cuisines pas !

C'est quoi cette envie de cuisiner ? Non, chez moi il y a que moi qui cuisine et comme j'ai rien dans les placards ben je ne fais pas la cuisine. C'est un cercle vicieux pour nous amener directement aux pizzas. Je la regarde faire, amusé à la voir ne rien trouver dans les placards. Il faudra vraiment que j'aille faire des courses, surtout si mademoiselle veut faire la cuisine, ce que je refuse catégoriquement. Ce n'est pas mon esclave non plus… Quoique ça peut être une bonne idée ?! Elle nous demande ce qu'on mangeait avant elle… Déjà elle va se calmer super nanny, c'est pas un désastre chez moi mais je préfère ne pas lui répondre car elle a théoriquement déjà la réponse. Elle demande donc à Billy ce qu'il veut manger. C'est un bon point pour moi car je sais déjà ce qu'il va dire.

-Je veux qu'on mange des pizzas. Mais que l'on fait nous, à la maison. On pourra mettre des légumes.

Laissez moi me coucher par terre et pleurer librement. D'où mon fils veut manger des légumes ? D'où je devrais manger des légumes ? Je fais une intolérance aux petits poids. Je ne sais même pas si ça existe cette intolérance, mais bref, mes parents m'ont fait manger que des légumes, j'en ai souffert, finis les épinards maintenant. Eden me propose de sortir faire les courses, je ne veux pas, je vais lui dire non mais elle n'attend pas ma réponse pour demander à Billy. Billy qui va dire oui, obligé, il va sortir avec sa nouvelle copine.

- Oui moi je veux aller faire les courses avec toi !

Et voilà ! Faut que je sorte. Eden elle a bien l'air gentille mais je ne la connais pas, je ne vais pas la laisser sortir seule avec mon fils, si au final c'est un trafiquante d'enfant, je m'en voudrais de l'avoir laissé partir seule. Je souffle mais finalement j'accepte, si Billy veut alors je fais. Elle n'a pas enlevé son manteau, elle est déjà prête à partir. Je demande à Billy de me suivre pour que je l'habille. Ses chaussures au pied, son manteau sur le dos, il est prêt à y aller. J'enfile mon manteau aussi pour qu'on y aille. Avant de partir, je m'approche d'Eden pour lui parler.

-Tu ne gagneras pas à chaque fois mini pousse.

Super on a l'air d'une belle petite famille qui sort faire les course,s j'ai envie de sauter partout. Billy tient la main à Eden, il m'a complètement oublié, ça m'enchante beaucoup.

AVENGEDINCHAINS


a place with no name
She said this is the place where no people have pain
And in love and happiness
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eden Alborán
Pro du squattage
Points : 274
Age : 23
Adresse : #362 Baldwin Park
Métier : Etudiante en journalisme.
Messages : 132
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 25 Mai - 11:46
Elecktrisch Willkommen.Sa réponse sur le fait que je l’ai appelé vous, me donnerait presque envie de rire. Mais je ne me le permets pas. Après tout, je ne la connais pas assez pour savoir comment me comporter avec elle. Je n’ai pas envie qu’elle prenne mal quelque chose et qu’on passe six mois d’enfer. Pourtant, je ne peux tout de même m’empêcher de lui sourire, et de lui répondre.

-J’aurai un peu de mal à changer le ‘vous’, mais j’essaierai de changer ça au plus rapide.

Sortant de la chambre, je vais parler avec Billy. Il est vraiment adorable. Puis j’aime le fait qu’il se confie à moi en me disant que sa mère prend toute la place dans le lit. M’approchant du jeune-garçon, je lui murmure à l’oreille quelque chose qui restera notre secret à tous les deux. Pas besoin que Maguy le sache, elle ne risque pas de bien le prendre. Mais Billy est tellement mignon, que je ne peux m’en empêcher.
Me redressant ensuite, je vais la remercier. Bon je la vouvoie, mais je suis contente qu’elle ne relève pas. Elle a sûrement compris que je ferais mon possible, pour changer ça au plus rapide. Mais je sais que je vais avoir du mal vu que pour moi, vouvoyer quelqu’un que je ne connais pas, est normal. Enfin bon, je ne vais pas lui rappeler les choses. Lorsqu’elle m’annonce qu’elle pense cuisiner, je bous directement. Hors de question que je la laisse commander, alors que je me suis battue chez moi pour qu’on ne le fasse plus ! La nourriture n’est pas si mauvaise que ça, mais pourtant, je ne supporte pas de manger quelque chose qui a été fait. Je préfère largement cuisiner moi-même, même si c’est un peu plus long que commander. Sa réponse me fait sourire doucement.

-Non mon père ne sait pas si bien cuisiner que ça, peu importe ce qu'il a pu dire. Et si je cuisinerai, au moins pour moi, même si vous n'en voulez pas. Hors de question que je mange quelque chose de commander !


Sans attendre de réponse, je pars directement dans la cuisine pour chercher ce qu’il y a dans les placards. Et la réponse est rien. Il n’y a strictement rien à manger chez Maguy. Mais qu’est-ce qu’ils mangeaient tous les deux, avant que je n’arrive. Voyant que je n’obtiens pas de réponse, je me tourne vers Billy. Au moins, lui, je sais qu’il me répondra. Sa réponse me fait sourire. Et je lève les bras en l’air, en signe de victoire. Même lui est d’accord pour manger quelque chose qu’on aura cuisiné ici ! Souriant, je préviens Maguy que je vais aller faire des courses, et lui demande si elle veut venir avec moi. Mais n’attendant pas sa réponse, je demande à Billy s’il veut venir avec moi. Je sais qu’il ne dira pas non, et Maguy ne voudra sûrement pas laisser son fils seul. Elle accepte, pas avec une joie manifeste, mais c’est déjà quelque chose. Billy prêt, il nous attend à côté de la porte. Puis, alors que je m’apprête à avancer, elle s’arrête devant. Je lui souris, et passe devant elle. J’ai plus d’un tour dans mon sac. Alors qu’on marche dans la rue, Billy glisse sa main dans la mienne. Mais voyant qu’on marche trop vite, je me baisse et le prends dans mes bras. Ce qui n’a pas l’air de déranger le jeune garçon. Bien vite, on arrive au magasin. Me tournant vers Maguy, je lui souris.

-Une préférence au niveau des légumes ? Il y a quelque chose que vous ou Billy, vous ne supportez pas ?

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maguy Hermann
Maguykarp
Points : 431
Age : 30
Adresse : #362 Baldwin Park
Métier : Lieutenant de police
Messages : 203
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 26 Mai - 19:39

Elecktrisch Willkommen
Maden


Elle va avoir du mal avec les vous, je m'en fiche, faut qu'elle s'habitue à me dire tu. Je vais avoir du mal avec elle pourtant je vais m'habituer à la voir gambader dans mon appartement. Je vais faire des concessions, elle aussi. Elle essaie de se cacher mais elle voulait rire, je ne la connais pas mais j'ai compris à son regard, à ses yeux qui brillent. Elle me prend pour une vieille, je n'ai que dix ans de plus que toi… Dix ans, ah ouais, je me sens vieille finalement, peut-être qu'elle n'a pas tord. Puis en plus du physique et de l'âge réelle, je ne parlerais pas de mes habitudes, à 19heure couché dans son canapé, une petite couverture sur les épaules pour ne pas avoir froid, une tisane pour bien dormir, oui une vieille quoi. Tout ça me rappelle que je devrais me lever avant elle le matin, encore plus tôt que je le faisais déjà, je n'ai pas envie qu'elle me voit au réveil, mes cheveux ils ne sont pas comme dans les films à être coiffé dès le réveil, elle va voir mes rides. Oui j'ai des rides, je l'assume mais ça c'est pas de vieillesse ! C'est juste la fatigue, la fatigue de ma vie toute entière.

-Le plus vite sera le mieux.

Je pense que maintenant elle a comprit que je ne veux que du 'tu'. Je ne lui parle pas mal, elle ne mérite pas ça, je lui parle avec un brin d'autorité dans la voix pour lui faire comprendre mais je sais qu'elle n'est pas bête, qu'elle essaiera de ne pas dire de vous, au pire je la reprendrais et ça la fera marrer. Moque toi de moi mini pousse.
Je ne sens rien de bon dans ce qu'à dit Eden à Billy, de toute façon, il y aura un moment où je saurais ce qu'elle lui a dit, c'est facile pour moi d'amadouer Billy avec des bonbons pour qu'il me dise.Il n'a pas sa langue dans sa poche, il ne garde pas de secret. Bon a trois ans, je ne sais pas trop quel genre de secret on peut garder à par peut-être 'c'est Nathan qui a volé le goûter de Julian » Thanks god Billy, faible comme il est, ne prend pas de goûter à l'école, il est déjà rentrer chez ma mère à cette heure-là. Il est trop gentil mon fils, il tient ça de moi car la gentillesse son père il connaissait pas, le respect non plus, mais Billy il donnerait tout aux autres, ne garderait rien pour lui et mourrait de faim. Il est hors de question qu'on lui vole quelque chose. Une fois, une fois on lui a volé quelque chose cette année, ils m'ont vu débarqué, ça ne s'est plus jamais passé. Ce n'était qu'une colle mais attendez, ça part de la colle, ça va beaucoup plus loin après. Que quelqu'un ose toucher à un cheveux de mon fils, il peut faire son trou au cimetière car je l'enterre par moi-même. C'est fou comment j'ai changer. Un déclic est je suis devenu mère poule, mère chiante. En une soirée, j'ai réfléchis et j'ai pensé à la vie qui est si précieuse et je ne voulais pas accepter que mon fils pouvait mourir, je ne l'accepte toujours pas, je crois qu'ils l'ont compris à l'hôpital, pourtant ils font rien. Ne me dîtes pas qu'ils ne peuvent rien faire, on peut toujours faire quelque chose, c'est quand même moi qui le garde en vie, qui m'attache à lui.
Elle me parle de son père, je le savais qu'il était nul… en cuisine bien sur, au boulot c'est un homme super. Il ferait tout pour son pays, pour sa ville, c'est un truc de malade. J'aime tellement sa personnalité, il est si mystérieux, on ne sait rien de lui. Même si ces derniers jours je l'apprécie moins à cause d'Eden, il reste un bon flic. Je hausse les épaules à l'entendre dire qu'elle se fera à manger pour elle toute seule. Je sais qu'elle ne tiendra pas, quand elle verra les yeux doux de Billy qui la regarde, elle fera à manger pour lui aussi. Ca m'évitera de le faire, c'est bien ça.

-Super, tu auras tes haricots verts, on aura notre McDo.

McDonald, ma vie. Ils livrent enfin, j'étais fin heureuse quand je l'ai appris. A eux aussi on fait leur chiffre d'affaire. Billy est contre moi à accepter d'aller faire des pizzas maison, la dernière fois que j'ai voulu lui en faire, elles étaient ovales les pizzas, je n'ai pas la main d'une cuisinière… Mais elles étaient bonnes quand même. Quand Billy lui dit qu'il veut des légumes sur sa pizza, elle lève les bras en l'air. Calme toi la squatteuse, t'as pas gagné la guerre. Elle ne fait que commencer même. Mais bon, nous voilà dehors ! Je ne saurais dire à quel point je suis heureuse d'être dehors à cette heure-ci. Alors que Billy me tenait la main, il m'abandonne pour aller prendre celle d'Eden. J'ai voulu me mettre au sol et pleurer. Il se fera marcher dessus plus tard. On lui dit des mots doux à l'oreille et ça y est il change de camp. L'habitude de marcher vite, moi être flic, courir partout, elle étudiante, elle doit aussi courir dans sa faculté, je la vois bien du genre à être en retard.. Non, elle, elle arrive une demie-heure à l'avance. Bon, je ne vais rien dire dessus, j'étais pareil à l'école de police, surtout la dernière années, ça m'aidait à être en sécurité. Mais pour Billy on va vite, son coeur doit souffrir et Eden s'en rend compte car elle ralentit. Me trouvant derrière eux, je ralentis aussi et je les regarde. Les voir main dans la main me brise en deux. En même pas une heure, je ne sais pas ce qu'il sera capable de faire pour Eden au bout de six mois.
On arrive au magasin. Ca fait longtemps que je ne suis pas aller au supermarché, moi la supérette du coin elle me suffit amplement mais pour faire à manger, on ne va rien trouver là-bas, le super-marché est un bon choix. Elle se retourne vers moi. Nos regards se rencontrent vu qu'elle me parle. Sur le coup je suis déstabilisé, de un car je ne m'attendais pas à ce qu'elle nous fasse un demi-tour comme ça et de deux, ses yeux, je n'avais pas remarqué qu'ils étaient beaux. Pour ne pas paraître folle, je regarde Billy comme si je réfléchissais à sa question. Elle n'a pas comprit en faite pour le vous, ça va être plus dur que je le pensais.

-Moi je mange de tout. Pour Billy, pas de poivrons s'il te plaît, il ne les digère pas et il est malade. Sinon tu prend ce que tu veux.

Je prend le soin d’accentuer mes 'tu'.

AVENGEDINCHAINS


a place with no name
She said this is the place where no people have pain
And in love and happiness
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eden Alborán
Pro du squattage
Points : 274
Age : 23
Adresse : #362 Baldwin Park
Métier : Etudiante en journalisme.
Messages : 132
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 9 Juin - 12:25
Elecktrisch Willkommen.-Super, tu auras tes haricots verts, on aura notre McDo.

Je ne dis rien, ça ne sert à rien de pimenter la conversation. Je m’étonne moi-même de réussir à me contenir, à ne pas parler en impulsive que je suis. C’est sûrement parce que je ne veux pas gâcher cette première journée. Après tout, on va devoir vivre ensemble pendant six mois. Je ne veux donc pas me mettre Maguy à dos, dès mon premier jour dans son appartement. Lorsque Billy annonce qu’il veut des légumes sur sa pizza, je ne peux m’empêcher de lever les bras en l’air. J’ai gagné un point. Eden 1- Maguy 0. Une fois dehors, j’avance à mon rythme, par habitude. Je repense à Maguy qui m’a appelé Mini pousse. Je ne sais pas pourquoi, je trouve ça drôle qu’elle me donne des surnoms de la sorte. Soudain, une petite main se glisse dans la mienne. Baissant les yeux, je souris lorsque je vois que Billy en fait de même. Mais voyant qu’on marche trop vite pour ses petites jambes, je me baisse et le prends dans mes bras. Le petit garçon sourit de toutes ses dents, ce qui me donne envie de rire. Arrivant dans le magasin, je ne peux m’empêcher de frissonner lorsque l’air de la climatisation me frappe. C’est bien ce que je ne supporte pas dans les magasins. Faisant volte-face, je me tourne vers Maguy. Mais bien évidemment, je ne me rends compte que trop tard, que je l’ai vouvoyé. Je suis certaine qu’elle ne va pas apprécier. Sa réponse me le fait bien comprendre, vu comment elle insiste sur les ‘tu’. Soupirant, je lève les yeux au ciel.

-Très bien mais vous … tu ne viendras pas te plaindre si ça ne te plait pas !

Bon je ne vais pas faire des pizzas qui viennent de Mars. Mais j’aurai aimé malgré tout qu’elle me dise à quoi elle aurait aimé la sienne. Tournant les talons, toujours le petit dans les bras, je prends le chemin de différent rayon. M’arrêtant dans les rayons, je me dis que je vais faire la pâte moi-même. Les pizzas n’en seront que meilleures ! Ne regardant pas si Maguy nous suit, je me tourne vers Billy.

-Tu veux bien tenir le sachet de tomates, pour m’aider ?

Je lui souris avant de lui tendre. Il n’est pas lourd, sinon, je ne le lui aurais pas donné ! Continuant les achats, je me demande s’ils mangent de la salade. Personnellement, j’adore ça. Mais j’ai peur que ça ne plaise pas aux deux autres. Tant pis, j’en prends malgré tout. Il faut qu’ils changent leur alimentation ! Les produits gras, ce n’est vraiment pas bon pour la santé ! Finissant les courses, je me tourne vers Billy.

-Allez bonhomme, on a fini pour le repas. Tu veux quoi comme dessert ?

Mais pour ne pas paraître malpolie, je m’avance vers Maguy. J’aimerai lui faire plaisir, lui montrer que je ne veux pas m’imposer dans sa vie. Juste faire que ses six mois se passent pour le mieux, entre nous.

-Que veux-tu comme dessert ? Ne vous … t’en fais, c’est moi qui cuisine, alors dis-moi, ce que tu veux. Et je payerai pour les courses.


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crazy Ex-Bestfriend :: Orlando, Floride :: Baldwin Park :: Habitations-
Sauter vers: